Qu'est-ce qu'une lithographie originale à tirage limité ?

Une oeuvre d’art originale
Une Estampe originale à tirage limité, et pour ce qui nous concerne la lithographie, est une œuvre d’art originale, au même titre que le dessin, la peinture, la sculpture ou la photographie, conçue et développée par l’artiste dans le but de réaliser une édition.
L’appellation “ESTAMPE ORIGINALE” est aujourd’hui parfaitement définie dans la Charte de l’Estampe établie en 1996 par la Chambre Syndicale de l’Estampe; cette charte s’imposait à la profession, tant le terme “d’estampe originale” avait été usurpé dans les décennies précédentes. Cette charte s’applique à la lithographie qui est un des procédés techniques de l’estampe.

Unique et multiple
Une estampe originale est à la fois unique dans sa matrice, et multiple dans ses épreuves. C’est une image qui a été transférée depuis la matrice sur un support par un moyen d’impression adéquat.
La matrice n’est ici qu’une étape éphémère de la création, elle est généralement détruite après impression. C’est bien entendu l’estampe imprimée, œuvre d’art aboutie, qui doit être considérée comme œuvre d’art originale née de la volonté de l’artiste.

Il n'y a pas pour l'estampe, comme pour la sculpture, de limitation de tirage imposée par la loi, mais une limitation volontaire des artistes et des éditeurs, En Europe les tirages dépassent rarement 100-150 exemplaires pour les estampes originales, et jusqu'à 200-300 exemplaires pour les estampes dites "commerciales". Aux Etats-Unis, on trouve sur le marché des estampes "commerciales" tirées à 800 ou 1000 exemplaires signées et numérotées, qui tiennent davantage du poster signé que de l'estampe d'art.

Conçue et développée par l'artiste
La base de la lithographie originale est l’intervention manuelle de l’artiste à la conception des matrices (pierre, zinc, calque) servant à l’impression lithographique. Le lithographe, Maître-Imprimeur, doit encourager l’artiste à maîtriser cette technique artistique parfois nouvelle pour lui. De là naît une collaboration étroite, parfois même une complicité entre l’artiste et son lithographe. L’artiste peut ainsi apporter tout son talent et se permettre les effets de matière ou de dessin qui vont aller dans un seul sens : la création d’une lithographie dite “originale”.

Ce n’est pas une reproduction
La lithographie originale à tirage limité n’est pas une reproduction photomécanique d’une oeuvre d’art existante. La plupart des affiches et des reproductions de musées sont des reproductions photomécaniques fidèles à l’original.
La finalité d’une lithographie n’est pas d’être fidèle à un original; ce doit être pour le peintre une forme d’expression et de création originale distincte de son expression picturale.

Conclusion :
La lithographie originale possède tous les caractères d'une estampe originale telle que définie dans la Charte de l'Estampe établie par la Chambre Syndicale de l’Estampe en 1996 :

Charte de l'Estampe
• L’estampe originale est une expression plastique volontairement choisie par l’artiste, au même titre que la peinture, le dessin, la photographie ou la sculpture.
• L’auteur crée une matrice sur un support qui peut-être du métal, du bois, de la pierre ou autre. L’auteur peut utiliser un ou plusieurs supports différents ou techniques différentes, pour créer une estampe originale.
• L’estampe originale est une œuvre d’art pouvant exister en plusieurs exemplaires, selon la volonté de l’artiste.
• Les estampes qui n’ont pas été réalisées par l’auteur de la signature ou sous sa supervision constante doivent être signalées clairement comme “estampes d’interprétation”.
• L’estampe originale est une création à part entière de l’artiste, souvent faite pour le compte d’un éditeur, en collaboration avec un imprimeur ou un atelier.
• L’estampe originale contemporaine est généralement signée et numérotée, à la différence de l’estampe ancienne (et aussi parfois de l’estampe moderne). Toutefois, il existe dans les ouvrage de bibliophilie des estampes non signées, qui n’en sont pas moins originales.
• L’authenticité de la signature, la sincérité du numérotage et la véracité de la documentation sont la responsabilité du commanditaire du tirage, de l’éditeur et de l’artiste lui-même ou du propriétaire de l’œuvre.
• Il appartient donc au vendeur, quel qu’il soit, de vérifier l’authenticité, de garantir la documentation du travail qu’il commercialise.

La lithographie d'interprétation

Lorsqu’un artiste ne souhaite pas intervenir directement dans la création de sa lithographie pour diverses raisons, son oeuvre est interprétée par un autre artiste appelé dessinateur ou chromiste, car son travail consiste à redessiner l’œuvre d’un artiste en décomposant les couleurs de l’œuvre polychrome qu’il interprète. La lithographie ainsi exécutée, est appelée lithographie d’interprétation ou d’exécution. Sorlier pour Chagall ou Deschamps pour Picasso ont été des interprètes d’une grande renommée. Jacques Villon a réalisé dans les années 1920-30 des estampes d'interprétation de Picasso, Braque, Van Dongen... qui valent aujourd'hui des milliers d'euros !
Les estampes d’interprétation à tirage limité ne sont donc pas des reproductions photomécaniques d’oeuvres existantes, l’intervention manuelle d’un dessinateur à la conception des matrices étant nécessaire. L’artiste a le plus souvent suivi de très près chacune des étapes de la création, en particulier le dessin et les passages de couleurs. Dès lors qu’il signe le bon à tirer, il approuve le travail du dessinateur et du lithographe qui ont interprété son œuvre. Quelquefois même, l'artiste participe au travail : on peut alors parler d'œuvre collective tant la collaboration est étroite entre l'artiste et son lithographe.
L'estampe d'interprétation, souvent qualifiée d'estampe commerciale, a son public et ses artistes, elle peut être le lieu de performances esthétiques, au même titre que l'interprétation d'une partition musicale ou la mise en scène d'une pièce de théâtre.

FAQ : comment reconnaître une reproduction en quadrichromie d’une lithographie ? prenez une grosse loupe ou mieux un compte-fil : si vous voyez une trame, c’est à dire de multiples petits points de couleurs de différents diamètres, vous êtes en présence d’une reproduction en quadrichromie, si vous ne voyez pas de trame, mais des aplats de couleurs, vous êtes en présence d’une lithographie.
Cependant, il existe des lithographies imprimées selon une technique mixte (quadrichromie/lithographie) lorsque par exemple des photographies sont incorporées au dessin de la lithographie et qui n'en sont pas moins des lithographies originales.

Retour